Vous m'avez posé de nombreuses et intéressantes questions et je vous en remercie car elles m'ont souvent permis d'améliorer ce site. J'en ai donc sélectionné ici quelques-unes qui m'ont semblées pouvoir intéresser le plus grand nombre.

Mes réponses représentent uniquement le fruit de mon experience personnelle et ne sauraient correspondre à une vérité absolue. D'autres professionnels peuvent parfaitement avoir des opinions différentes tout aussi valables.



15/12/2010
Essilor propose des verres asphériques pour des verres concaves. Quel est l'intérêt d'asphériser la face frontale d'un verre concave puisqu'elle est quasiment plate? Ou est ce, dans le cas de verres négatifs, la face arrière qui est asphérisée ?

Marcial :
Les verres asphériques permettent certes d’obtenir des verres convexes plus plats mais aussi de diminuer certaines aberrations d’ouverture (qui peuvent être selon le concepteur : aberration sphérique, astigmatisme des faisceaux obliques, la RMS d’erreur de puissance,...etc). Il n’est donc pas totalement incongru de produire ce type de verres même en verres concaves. Par ailleurs, il faut aussi prendre en compte le cas d’appairage entre un verre convexe et un verre concave, où il est préférable d’équiper le porteur de la même géométrie.

Aujourd’hui, comme vous le savez, les verres Freeform unifocaux on des surfaces concaves asphérisées pour prendre en compte d’autres paramètres (distance verre-œil, angles pantoscopique, ...etc).


03/10/2010 Xavier :
Je ne connais pas le prix d'une machine de dépôt sous vide par évaporation, mais je fais régulièrement appel à des sociétés pour faire traiter des lentilles et autres pièces optiques. Sachant le cout d'une cloche pour un tel traitement, je me dis que peut être je pourrais investir dans une machine pour faire moi même mes traitements.
Connaissez-vous des sociétés qui vendent de telles machines ?
Peut être connaissez vous des sources pour des machines d'occasions ?

Marcial :
Les machines de traitement sous vide que nous utilisons valent plusieurs centaines de milliers d'euros. On peut trouver de petites cloches pour traiter quelques pièces, mais je n'en connais pas le prix. Pensez aussi que ce type de machines ont besoin d'éléments externes (système de refroidissement, air comprimé, bouteilles d'helium, d'oxygène ou d'azote, système de sablage pour nettoyer les éléments internes) et de pas mal d'électricité, sans compter les à cotés (supports de pièces, produits à vaporiser,...etc) qui peuvent faire grimper la note. Par ailleurs, ce type de machine nécessite une formation spécialisée.
 
Les fabricants que je connais sont :
  - Leybold
  - SatisLOH
  - Optotech
Certains peuvent sans doute vous proposer des machines d'occasion.


26/09/2010 Farid
Pourquoi y-a-t-il une distortion coté lateral dans les verre progressifs ?


Marcial :
J'explique cela dans cette page :
Verres progressifs


23/09/2010
Peut-on usiner des surfaçes toriques simples avec des générateurs freeform ?

Marcial :
Oui, les machines qui usinent du Freeform peuvent aussi usiner (et polir) de simples surfaces toriques, on appelle cela le "Cut To Soft Polish". Beaucoup de laboratoires usinent des verres toriques et des Freeform sur les mêmes lignes de production car elles sont entièrement automatisées.
 

12/09/2010 Henri
Je me retrouve devant un probleme sur le freeform. J'ai une piqûre sur le verre une fois fini après le polissage. Que je change la fraise de coupe, l'outils de finition "diamant", avec outils neuf ou réafutté, j'ai toujours cette piqure et ceci sur une seul matière, toute les autre matiere n'ont rien. d'où peut provenir ce probleme ?

Marcial :
Si la piqure est toujours au centre du verre, ça ressemble à un problème d'alignement des axes (centrage) du diamant ou de la fraise de coupe sur l'ébaucheuse. Cependant, si cela n'apparait que sur une matière, c'est peut-être une mauvaise donnée dans la macro correspondante.
Notez que ce problème de pointe au centre est l'un des défauts les plus courants sur cette technologie.


08/09/2010 Lionel :
pouvez vous m'indiquer comment faire pour passer du systeme datum à boxing lors du calcul du centrage du verre ?
ex: si je suis en présence d'un calibre datum qu'elle correction je dois apporter pour calculer mon centrage en système boxing ?

Marcial :
Il n'existe malheureusement pas de moyen de connaître la cote Boxing d'un calibre à partir de sa cote Datum (ni l'inverse d'ailleurs) car cela dépend de la forme du calibre. Comme le montre mon dessin ci-contre, les deux calibres rouges et bleus ont bien la même cote boxing mais pas la même cote Datum. Vous n'avez donc pas d'autre choix que de mesurer la cote Boxing.









30/07/2010
En cas de difference d'ametropie entre les deux yeux, peut-on égaliser l'épaisseur des verres par des indices differents ?

Marcial :
Je déconseille d'utiliser des indices différents pour équilibrer les épaisseurs en cas d'anisométropie pour plusieurs raisons :
  • Même dans le cas de verres non teintés, les matériaux d'indice différents on souvent une "couleur" légèrement différente (plus jaune ou plus grise,...) et cela se voit en particulier sur la tranche du verre une fois taillé.
  • Il y a aussi un problème avec la constringence qui est différente et peut perturber la vision binoculaire (une image sera plus irisée que l'autre). - L'antireflet aura presque toujours un reflet résiduel de couleur différente suivant l'indice.
  • Enfin, les industriels (dont je fais partie...) n'aiment pas du tout ce genre de mélange car les deux verres doivent souvent suivre des process séparés, ce qui est ingérable au niveau industriel (surfaçage différent, résines de durci voir machines différentes...).

30/07/2010
Je voulais savoir comment prendre la hauteur pupillaire pour la vision de pres ?

Marcial :
Je ne sais pas s'il existe une technique pour cela mais je pense que comme dans beaucoup de cas pour les unifocaux, l'opticien monte le verre de VP avec une hauteur standard qui serait autour de 2 à 4 mm sous l'axe boxing avec l'écart VP bien sûr. Je ne pense pas qu'il faille monter le verre en mesurant la hauteur en position de lecture car cela positionnerait le centre optique réellement très bas. Par ailleurs, la position verticale d'un unifocal n'a pas trop d'importance car elle induit le même effet prismatique vertical sur les 2 yeux (sauf bien sûr en cas de forte anisométropie).


16/05/2010
Comment calculer l'outil pour fabriquer par exemple un verre +8.00

Marcial :
Pour calculer l'outil d'un verre, il faut d'abord choisir la base du verre et connaître la puissance de la face frontale.
Si D1 est la puissance de la base (pour faire un +8.00 il faut une base autour de +10.00), si D'f est la puissance à obtenir (votre +8.00) et Ec l'épaisseur au centre (en mètre), n l'indice du verre, vous obtenez la puissance D2 de la face arrière par la formule ci dessous.
   
Vous obtenez D2 dans l'indice du verre, il faut alors convertir cette courbure dans l'indice outil.
 
         (IndiceOutil – 1)
  K = -------------------------
        
(IndiceVerre – 1)

CourbeOutil = CourbeVerre * K

Vous retrouverez ces formules ici :


13/06/2010
La largeur du pont doit-elle être adaptée à la morphologie de chaque individu?
Aucun forum n'en parle et pourtant je présume qu'elle a une importance primordiale dans le confort du port des lunettes.

Marcial :
Je ne suis pas un spécialiste des montures mais on sait que l'écartement des plaquettes conditionne la position en hauteur de la monture et des verres ce qui est très important pour le confort visuel, le montage et l'esthétique du port de la lunette. Comme tout porteur, j'ai moi-même expérimenté qu'il y a deux endroits de la monture qui en conditionnent le confort, ce sont les plaquettes (écartement et inclinaisons) et le contact des branches sur les oreilles mais cela n'est pas vraiment un scoop.
 
Cependant, je crains qu'il n'existe pas de règle particulière si ce n'est d'essayer différentes montures pour en tester le confort.


16/01/2010 Gaëlle :

Je me pose une question technique au sujet des compensations prismatiques : peut-on considérer qu'une compensation prismatique par verre avec prisme intégré est de meilleure qualité optique qu'une compensation par verre décentré ? Le surfacage particulier du verre prismatique permet-il de désolidariser l'axe optique du verre de l'axe de révolution de la surface ( surtout dans le cas de surface asphérique ) permettant ainsi de respecter la règle de ponctualité tout en effectuant le prisme ?

Marcial :
  • D'abord, obtenir un effet prismatique par un décentrement, met en jeu la puissance du verre (règle de PRENTICE). Ce qui veut dire qu'il faut une puissance dioptrique suffisante si on veut trouver le prisme pas trop loin du centre du verre. Si vous avez besoin de 2 cm/m sur un 0.25 dioptries, vous ne les aurez jamais dans le verre.
  • On ne peut pas décentrer un verre progressif ni un Asphérique dans le but d'obtenir une correction prismatique car sinon on centre la pupille dans des zones qui ne sont pas optiquement prévues pour cela.
  • Les prismes sont généralement obtenus par l'inclinaison de la face frontale du verre et dans ce cas, la surface torique usinée en face arrière sera correctement centrée sur la pupille. Si on décentre le verre, on décentre aussi la face concave torique par rapport à la pupille et on fait travailler des zones moins bonnes de la surface torique, en tout cas pour les tores roue qui sont les plus utilisés.
  • La technologie Freeform permet de réaliser des prismes en garantissant une qualité d'image optimale puisqu'on peut compenser les aberrations par le calcul.
  • Pour répondre à la question précise des asphériques, je dirais qu'un prisme n'a pas pour but de déplacer l'axe optique mais de déplacer les images perçues (la position de l'axe optique n'a finalement aucune importance). En réalisant le prisme lors du surfaçage, on garantie que l'axe de révolution de la surface asphérique restera bien positionnée par rapport à la pupille (et donc que la surface asphérique fera correctement son office).

11/01/2010 Thomas :
Je viens de lire le sujet sur le surfaçage freeform et quelque chose m'a interpelé : vous dites qu'avec cette technique tous les verres ont une progression face interne. Or je pensais que la technique utilisée consistait à usiner un palet avec une face progressive à l'avant toujours la même (+3 je crois) et de faire une addition négative sur la face arrière en fonction du besoin. Et la question qui me vient naturellement est alors qu'en est-il des verres type Seiko ou Rodenstock qui sont dit en progression face interne ? Qu'est ce qui va changer dans la fabrication de ce type de verres ?

Marcial :
En fait, la technologie Freeform permet d'usiner une surface optique complexe.
Certains fabricants (dont je fais partie) partent d'un palet dont la face frontale est une sphère et usinent toute la puissance (sphère, cylindre et addition) sur la surface arrière. D'autres (comme ceux que vous indiquez) partent d'une surface frontale progressive et usine le complément dans la face arrière.

Initialement, je n'avait pas évoqué cette technique sur mon site et c'est suite à plusieurs remarques de ce type que je me suis décidé à compléter la page sur la technologie Freeform, sous le titre "Variantes de la technologie Freeform"), j'indique au final pour le porteur, ces deux techniques sont équivalentes. Les seuls intérêts d'une technique par rapport à l'autre sont sans doute une facilité de surfaçage ou de conception.


02/12/2009 Justine :
Une question en ce moment nous contrarie un peu au sujet de la regle de pontualité. Pour quel verres l'appliquer...
Moi c'est simple j'ai appris de base dans l'idéal tous verres unifocaux spherique ou asphérique. Dans la pratique pour les aspherique pour es aniso >2 et pour les forte ametrope > 3/4 dioptrie. Certains ont appris à centrer les asphérique en pleines pupilles d'autres en boxing... d'autres parlent encore de l'approximation de la regle de pontualité avec les 2mm...etc
Bref un avis serais le bienvenu.

Marcial :

Sur la page qui explique le verre asphérique, j'indique le principe du centrage (voir la page).
Sur internet j'ai trouvé un document très bien fait qui en parle : http://www.bienvu.ws/fp/FP105b.pdf
 
Je reste persuadé que la même règle de ponctualité appliquée aux verres "non asphériques" permet d'améliorer le confort du porteur, en réduisant l'astigmatisme des faisceaux obliques.
 
J'attire votre attention sur le fait que la plupart des produits asphériques Freeform sont conçu pour être montés pleine pupille  le décentrement vertical étant déjà intégré lors de l'usinage (car on prend en compte la distance verre-œil et l'angle pantoscopique au moment du calcul). Il est donc indispensable de lire la documentation des fabricants pour savoir comment monter leurs verres.

 

 

 

FAQ
© 2017